CAFOOTEROS.COM

le football colombien en version française, 100% indépendant

Petite carte postale enjouée de Salvador

texte : Franck Pujos

photo : Priscilla Goularte

Un courrier depuis le Brésil, destination France, ça prend du temps... Avec nos huit jours de délai, on n'est pas si mal : Cafooteros était à Salvador pour l'entrée en lice victorieuse de la Colombie sur l'Argentine (2-0) dans la Copa América 2019 auriverde. On vous raconte en quelques lignes comment on a vécu ces quatre-vingt-dix minutes d'angoisse, puis de joie, puis d'angoisse, puis de joie, ainsi que nos quarante-huit heures dans le Nordeste.

Si l'Arena Fonte Nova n'était pas tout à fait pleine avec 35 000 spectateurs environ, l'ambiance était quand même complètement au rendez-vous, contrairement à bien des matches du premier tour de cette Copa América brésilienne
Si l'Arena Fonte Nova n'était pas tout à fait pleine avec 35 000 spectateurs environ, l'ambiance était quand même complètement au rendez-vous, contrairement à bien des matches du premier tour de cette Copa América brésilienne
Lire la suite

"Queiroz est le coach le plus fort de la Copa !"

recueilli par Brice Charrier

photo : AFP

De plus en plus copié, peut-être envié voire jalousé, "So Foot" est aujourd'hui le magazine de référence sur le ballon rond mondial, n'en déplaise à l'historique "France Football". Rien de plus naturel donc que de sonder son rédacteur en chef à l'approche de la Copa América. Sans détour, Javier Prieto Santos s'est livré avec verve sur tous les sujets : le niveau de la compét', Neymar, Messi, le Qatar, mais aussi et surtout sur Carlos Queiroz et les Cafeteros. Une analyse intéressante pour avoir plus de clés avant de se caler devant la télé, dès ce soir pour le second match de préparation de la Colombie, en déplacement au Pérou, en direct sur beIN Sports 1 (23 heures). Ensuite, place aux choses très sérieuses, samedi contre l'Argentine.

Carlos Queiroz donne ses consignes lors de Colombie - Panama (3-0), disputé lundi à Bogota. Ce soir, dernier test
Carlos Queiroz donne ses consignes lors de Colombie - Panama (3-0), disputé lundi à Bogota. Ce soir, dernier test
Lire la suite

Victor Cantillo : "Non, non, je ne regrette pas de ne pas être parti, je suis bien ici à Junior"

recueilli par Franck Pujos

photo : EPA

On ne va pas chipoter : Victor Cantillo est sans conteste le meilleur milieu de terrain évoluant en Colombie intra-muros. Sa singulière précision balle au pied, sa faculté à se mettre face au jeu, sa clairvoyance, auxquelles on ajoutera une certaine élégance un peu voûtée, ont d'ailleurs permis au cerveau de Junior (25 ans) de faire partie de la liste des 40 préconvoqués par Carlos Queiroz pour la Copa América. Pas encore international et même si ça ne saurait tarder, il n'est pas dit qu'"El Flaco" (y'avait pas de copyright sur Javier Pastore) soit de l'aventure brésilienne. Chez les relayeurs, Mateus Uribe a son ticket d'office, reste à chiper la place à Gustavo Cuéllar, devenue idole à Flamengo. Pas gagné mais qui sait ? Cantillo, embarqué par toute son équipe sur un trou d'air continental via un fiasco en Copa Libertadores, quelques mois après avoir enflammé l'Amsud lors de la Copa Sudamericana 2018 (finalistes), retrouve son niveau ces temps-ci. Le but, finir premiers de la poule de quatre composée aussi de Tolima, de Cali et de l'Atlético Nacional. C'est que Junior a un titre à défendre. Dans tous les cas, on souhaite au grand sec de ne pas jouer la finale du Tournoi d'ouverture, dont le retour se fera trois jours (trop forte, la Dimayor) avant le Colombie - Argentine de Salvador... Cela voudra dire qu'il est dans les 23. Pas hyper optimiste ou à tout le moins mesuré, Victor Cantillo a échangé quelques minutes, en exclu, avec Cafooteros. 

Victor Cantillo, ici lors de la défaite 1-0 del Tiburon au Nuevo Gasomestro de San Lorenzo, à Buenos Aires, mi-mars
Victor Cantillo, ici lors de la défaite 1-0 del Tiburon au Nuevo Gasomestro de San Lorenzo, à Buenos Aires, mi-mars
Lire la suite