Hé, les beaux-frères, il faut y aller maintenant

texte : Franck Pujos

photo : AFP

Lettre ouverte à James Rodriguez et David Ospina, même s'ils la liront pas. Pour leur dire qu'il est temps, temps de se barrer du Real et d'Arsenal. Pour s'exprimer, tiens. Pour jouer.

James, ici avec son beauf avant la séance de tirs au but perdue face à l'Argentine lors de la Copa América 2015
James, ici avec son beauf avant la séance de tirs au but perdue face à l'Argentine lors de la Copa América 2015

Chers vous,

 

C'est l'heure. L'été où il faut se casser. Quitter Londres, quitter Madrid, un bon club européen pour l'un, le plus grand du monde pour l'autre. Un aveu d'échec, peut-être ouais, mais les grands joueurs, et vous en êtes, c'est fait pour être sur le terrain non ? Pas pour applaudir Petr Cech depuis un pauvre banc, non d'ailleurs un riche banc ; pas pour soulever la coupe aux grandes oreilles en spectateur, banane aux lèvres mais moral amer. Alors, James Rodriguez, David Ospina, on donne humblement notre avis et on vous prie de vous en aller.

 

James, parce que sans la confiance du coach ça sert à rien, parce que les résultats lui donnent raison même s'il avait eu tort, parce que des transversales comme ça, des trajectoires comme ça, des ouvertures comme ça, des corners comme ça, des coups-francs comme ça, un repli défensif comme ça (on blague), un pied gauche comme ça, ça se respecte, parce que trois finales de suite sans jouer c'est inconcevable, parce que Lucas Vasquez c'est pas meilleur que toi, parce que Mateo Kovacic c'est pas meilleur que toi, parce que Marco Asensio c'est pas meilleur que toi, parce qu'Isco - allez osons, ô disgrâce - c'est pas meilleur que toi, parce que rien n'indique que quoi que ce soit changera, parce que 11 buts et 13 passes dé en 1 822 minutes c'est un beau mais inutile ratio, parce qu'à Liverpool, Chelsea, United, au Milan, au PSG, à l'Inter, partout où la rumeur la ramène, partout tout court, il y aurait 11 de départ, majeur levé à la chasuble du suppléant, bras d'honneur bien armé au costard du mec hors-groupe. Pour tout ça, et pour retrouver Zidane et son Real, qui n'est pas ton Real. Pour les retrouver en C1, en face. Bien en face.

 

David, parce que sans la confiance du coach ça sert à rien, et que Wenger n'en a pas, ou pas assez, envers toi. Sinon il aurait pas recruté Cech alors que tu avais dégommé Szczesny de sa cage et étais on fire début 2015, sinon il t'aurait pas tejj au moment où ça compte en Ligue des Champions sous prétexte d'une grossière et fichue erreur contre l'Olympiakos, sinon il aurait mis une vraie concurrence en place cette saison alors que le monsieur au casque a perdu de sa superbe. Alors, oui, le number one en finale de la FA Cup avait le blaze "Ospina" en haut du dos... Heureusement, c'était le contrat ! De toute façon, David, tu mesures pas 2,15 m. Alors là-bas, t'es trop petit, c'est débile mais c'est ce qu'on dit. Comme en plus tu seras jamais le meilleur de l'univers en l'air... Puis on se souvient que t'en as pris 10 face au Bayern, moins de la défense de branques que tu subissais devant toi. Alors Fenerbahçe (merde, Kameni vient de signer), Nantes (merde, salaire trop haut), Marseille (pourquoi pas, y'a pas de "merde") ou Dieu sait où en Europe... nous on prend. Toi tu prends ?

 

Sportivement, affectueusement, cafooterosement.