Techo, comme un air de bon vieux polar...

texte et photo : Julien Redon

Il y a des stades qui ne brillent ni par leur architecture, ni par leur facilité d’accès. El estadio metropolitano de Techo fait partie de ceux-là. Il est pourtant le stade le plus utilisé de Colombie, voire même l'un des plus au monde avec plus de 80 matches joués par an.

Toute la ferveur, bien relative vous l'aurez compris, d’un match de Tigres dans cette enceinte du sud de Bogota ; et s'il y avait 7 000 spectateurs jeudi lors de la venue de l'historique América (0-0), en temps normal il y a beaucoup moins
Toute la ferveur, bien relative vous l'aurez compris, d’un match de Tigres dans cette enceinte du sud de Bogota ; et s'il y avait 7 000 spectateurs jeudi lors de la venue de l'historique América (0-0), en temps normal il y a beaucoup moins

Disons-le, le sud de Bogota n’est pas l’endroit le plus prisé par les étrangers, et les matches joués au Techo ne font pas rêver le voyageur footballistique présent dans la capitale. Mais ce Techo a quelque chose de mythique par son manque de cachet. 

 

Érigé dans dans l’ancien quartier de l’aéroport bogotanais, qui a vu atterrir en son temps les Kennedy ou le général de Gaulle - et ça a son importance -, le Techo semble construit de bric et de broc. Une tribune par-ci, une tribune par-là, avec un trou béant entre les deux qui laisse la place aux camions de la télé et des pompiers. En plus de ces deux tribunes originales ont été construites deux en plus, façon préfabriqué.

 

Le côté nord, lui, est condamné par Mundo Aventura. Pour voir du monde dans le coin, vaut mieux aller au parc d’attractions qui borde le stade : bateau pirate, chenille, chaises volantes, c’est aussi cheap que l'enceinte, mais le succès y est. Alors que pour remplir le Techo, il faut attendre que les grosses écuries se déplacent. Seuls les hinchadas des clubs adverses remplissent un stade que La Equidad, Tigres et le FC Bogota ont bien du mal à garnir.

 

 

Tableau des destinations

Une fois dedans, on ressent l’héritage de l’aeropuerto, pas d’image du Général mais l’impression d’être à Orly dans un film policier des années 70-80. Un tableau des destinations y est encore présent, et au-dessus de la buvette, on trouve de faux panneaux de compagnies aériennes. Loin de ses homologues modernes, le Techo donne l’impression d’un retour dans le passé, ou d’aller voir un match amical de présaison.

 

Pour beaucoup il peut paraître moche, mais il sent le foot, le vrai, le compliqué, de ces clubs qui ont du mal à faire chavirer des foules préférant s’envoyer en l’air, on l'a compris, dans le Mundo Aventura d'à côté. Pourtant, on s’y sent comme à la maison, on s’assoit où on veut, on peut poser ses pieds sur la chaise de devant, bref c’est tout confort.

 

Donc si vous passez dans la région et que vous voulez voir une rencontre de D1 colombienne, ne pensez pas seulement au Campin et ses affiches. Venez au Techo, vous ne le regretterez pas !