"Accumuler les matches, se régler, profiter"

recueilli par Franck Pujos

photo : AFP

Mateus Uribe a marqué des points lors du France - Colombie de vendredi (2-3). À partir du moment où il a bougé vers l'axe, peu après la demi-heure, l'homme en forme d'América - qui devait à la base signer aux Tigres -, l'un des hommes en forme tout court du Tournoi de Clôture au Mexique, a fait fort. Harcelant le porteur adverse, récompensé en la chipant à N'Golo Kanté sur le but du 2-2, Uribe et sa polyvalence ont à ce rythme de bonnes chances de voir la Russie. Ce relayeur perforant, capable d'évoluer latéral ou ailier, a aussi inscrit neuf buts jusqu'ici avec son club cette saison, dont une bonne moitié de "golazos". Corps sec, réponses brèves du tac au tac, "Matheus", qui préfère son prénom avec un H alors qu'il n'y en a pas, a accordé un court moment à Cafooteros dans les coulisses du Stade de France. 

Deux jours après avoir célébré ses 27 ans, Mateus Uribe a les yeux déterminés, alors que l'hymne national va retentir, repris par quelque 20 000 Colombiens en renfort ; le petit devant lui lui ressemble un peu, version yeux fatigués
Deux jours après avoir célébré ses 27 ans, Mateus Uribe a les yeux déterminés, alors que l'hymne national va retentir, repris par quelque 20 000 Colombiens en renfort ; le petit devant lui lui ressemble un peu, version yeux fatigués

C'était une partie un peu folle, où ça n'allait pas avant que vous ne montriez vos ressources mentales...

Je suis très satisfait : avec organisation, avec de l'ordre, on a su rattraper et dépasser la France, une grande sélection. On savait que ce serait difficile, mais on a montré que nous avions une grande équipe. Tout cela fait partie du cheminement qui nous mène au Mondial.

 

Tu as commencé à droite avant de basculer dans l'axe ; que t'a demandé José Pekerman ?

C'est juste qu'au début du match, on voulait fermer le côté droit, bloquer les sorties de leur latéral gauche (Lucas Digne, NDLR). Mais on a changé, on est passés à une ligne de trois au milieu (avec Carlos Sanchez et Aguilar) et ça a fait qu'on s'est sentis plus forts. Et qu'on a pu mieux développer notre jeu. Ma préférence ? Jouer plus bas dans l'entre-jeu plutôt que sur l'aile.

 

C'était ta sixième cape, comment te sens-tu petit à petit au sein de la sélection ?

Il faut continuer de la sorte, accumuler les matches, se régler, profiter.

 

Cela valide aussi ta bonne période avec América... 

Bien sûr. Je pense qu'avoir un rôle important en club - et c'est le cas avec América - est une base si on veut être appelé en sélection. Pourvu que ça dure.

 

Mardi, c'est l'Australie, cette confrontation, tu en espères quoi ?

Que tout se passe bien et sortir un résultat. J'attends une rencontre équilibrée, on va bien la planifier.