Paisley : "Celui qui arrive à s'embrouiller avec David Ospina c'est qu'il a un gros souci !"

recueilli par Franck Pujos

photo : AFP

 Il a été son coéquipier pendant deux saisons pleines à l'OGC Nice (2009-2011), et le voit à l'oeuvre régulièrement depuis peu sur les gazons de la botte italienne : Grégory Paisley, consultant beIN Sports Serie A, connaît bien David Ospina. Et l'actu ne manque pas autour du rempart aux 96 sélections : ses premiers pas au Napoli, sa prestation au Parc il y a trois jours, le retour de blessure d'Alex Meret, censé être à la base le n°1 d'Ancelotti... On discute de tout ça - entre autres - avec l'acolyte de Philippe Genin. Paisley, vrai Parisien, qui sera au micro demain (20h30) depuis le San Paolo, pour commenter un sympa Naples - AS Rome.

David Ospina devant Edinson Cavani, mercredi ; le jeu au pied du néo-Napolitain est assurément une de ses forces
David Ospina devant Edinson Cavani, mercredi ; le jeu au pied du néo-Napolitain est assurément une de ses forces

D'abord, comment as-tu trouvé David Ospina lors de PSG - Naples (2-2) ?

Il a fait son match. Il a été bien, il a fait ce qu'il fallait: sur le coup-franc (de Neymar, NDLR), sur le face-à-face avec Kylian Mbappé... Sur le but de (Angel) Di Maria, il ne peut rien faire, sur l'autre c'est un but contre-son-camp il ne peut rien non plus. Une copie propre.

 

Tu parles de son face-à-face avec Mbappé, c'est un des ses points forts ça, non, le fait de jaillir comme ça ?

Cette tonicité, il l'a toujours eue, et il est super efficace sur sa ligne. Et même, il sent bien les coups. C'est un gardien complet, on n'a plus trop besoin de le présenter, c'est une valeur sûre.

 

A contrario, est-ce que de tes souvenirs à Nice ses sorties aériennes étaient considérées comme l'un de ses défauts ?

Disons qu'il n'y allait pas plus que ça. Il y allait quand il était sûr. Mais à la limite il vaut mieux ça plutôt que d'y aller, dire "j'y vais" et te trouer alors que tu sais pertinemment que tu ne vas pas l'avoir. Il faisait preuve d'intelligence.

 

Tu disais récemment en commentant qu'on se sentait "rassuré en tant que défenseur quand on avait Ospina derrière"...

Oui, tu sais que même si toi tu te déchires il y a un mec qui est fiable derrière toi et qui peut te sauver la baraque. C'est super important ; quand tu es défenseur et que tu as confiance en ton gardien tu peux avancer sereinement. Il lui manquait juste la com'. Sur cette période-là, il ne maîtrisait pas plus que ça le français. Il avait les mots-clés, il se débrouillait bien mais au niveau de la com'... Parce que David c'est quelqu'un de tranquille, je ne vais pas dire "introverti" mais c'est vrai qu'il est discret. Par rapport à ce que demande son poste, tu peux avoir un peu plus d'exubérance à certains moments. Et tu sens que ce n'est pas naturel chez lui, il y a juste ce petit bémol-là. Mais après, il rassurait tellement techniquement que bon...

 

On voit d'ailleurs qu'il est beaucoup sollicité par sa défense sur son jeu au pied, avec le Napoli...

Il fait partie de ses gardiens modernes, il s'est adapté, et ce n'est pas un souci car il la met où il veut. Pied droit, pied gauche...

 

Hormis sa discrétion, que gardes-tu de l'homme lors de votre passage commun chez les Aiglons ?

Il était toujours de bonne humeur. Il avait une certaine soif d'apprendre, aussi. On a partagé la même chambre sur certains déplacements et il est super agréable, c'est un coéquipier top. Celui qui arrive à s'embrouiller avec David Ospina c'est qu'il a un gros souci ! En gros c'est ça. Par contre quand il prenait une douche ça durait une heure, laisse tomber... Il a dû vider toute la flotte de la Côte d'Azur, il n'y avait plus rien ! C'est ça qui m'a marqué, surtout (rires).

 

L'OGCN lui avait rendu un bel hommage quand il était parti...

Comme il a un super caractère, il faisait l'unanimité ; et comme sportivement il était à la hauteur aussi - il a eu des passages à vide comme n'importe quel autre gardien mais sinon il a été performant -, à partir de là tu as tout le monde dans la poche. Ce n'est pas étonnant.

 

En revanche, quelque part, même s'il a eu du temps de jeu notamment en coupe d'Europe, il ne s'est pas imposé à Arsenal ; est-ce qu'il y a perdu son temps selon toi ?

Tu te dis qu'un gardien de son envergure, titulaire en sélection... Après est-ce que ce n'est pas un souci de caractère ? Se dire à un moment donné "je vais marcher sur mon coéquipier" (Petr Cech, NDLR) parce que c'est la règle du jeu. C'est un poste tellement particulier. Je ne sais pas. Après je ne pense pas qu'il ait perdu son temps, la preuve c'est qu'il est à Naples aujourd'hui. Mentalement, dans le travail au quotidien, niveau discipline, etc., ça a dû lui servir quoi qu'il arrive, l'enrichir.

 

La fréquentation d'un grand club, l'Europe ?

Bien sûr. Il faut prendre ça de façon positive. Tu peux estimer que tu as perdu un peu de temps, mais tu es dans un club comme Arsenal ! Tu n'est pas à Gueugnon... sans faire offense à Gueugnon.

 

Tu étais content de voir Ospina signer à Naples ?

Content et agréablement surpris, pour moi qui commente la Serie A. Et si Naples te demande, ce n'est pas le hasard.

 

Avec le retour de fracture du cubitus de la recrue Alex Meret (blessure qui avait entraîné la signature d'Ospina), plus la présence de (Oréstis) Karnezis qui semble un peu en dessous mais est dans l'effectif, comment vois-tu la suite concernant les gardiens napolitains ?

C'est le meilleur qui jouera. C'est con mais c'est comme ça. Regarde l'exemple de "Nico" Douchez qui signe à Paris pour être titulaire, il se blesse rapidement (en 2011, NDLR), (Salvatore) Sirigu joue, il est performant, il ne quitte plus le poste. Il faut qu'il y ait une concurrence saine et (Carlo) Ancelotti est très fort pour ça, pour gérer son groupe. Sincèrement je ne m'inquiète pas plus que ça. Et tu remarqueras que maintenant dans pas mal d'équipes - même si c'est assez étonnant c'est une réalité -, les gardiens changent énormément, selon les compét' ou quoi. Avant un gardien il restait titulaire toute la saison. Aujourd'hui ça tourne régulièrement, ça rentre dans les moeurs. Ancelotti n'est pas fou, il fera jouer le meilleur, et si David est aussi efficace que ces derniers temps il n'y a pas de raison qu'il saute.

 

Il est vraiment bien depuis quatre matches, en revanche il avait eu des débuts un peu compliqués où il ne pouvait pas grand-chose mais avait tout de même encaissé cinq buts en deux rencontres...

C'était un problème collectif. D'accord, il ne fait pas d'exploit. Mais depuis par exemple à la Juve (3-1), il sort le coup-franc de Cristiano, un face-à-face avec, il fait un match nickel. Il fait le taf.

 

Pour finir un peu plus globalement sur le Napoli, tu la sens comment cette saison 2018/2019 ?

J'avais émis un petit doute. Parce que mine de rien même si l'ossature est encore là c'était la fin d'un cycle, avec un nouveau coach. Mais (Maurizio) Sarri (parti à Chelsea, NDLR) a laissé l'ADN de ce qu'il prônait depuis trois-quatre ans. Donc la base elle est là. Collectivement c'est très fort, dans la possession c'est très fort, et Ancelotti a aussi ramené sa petite touche en changeant un peu l'animation et en apportant une rigueur défensive. Ils vont essayer de titiller la Juve comme l'année dernière. Maintenant, la Juve c'est un tel rouleau compresseur, une telle machine, que ça va être compliqué d'aller la chercher... Mais avec l'Inter ce sont les deux équipes qui seront capables de, au moins, faire croire que. Ils seront là dans tous les cas.

 

Et en Ligue des Champions, entre Liverpool, Naples et le PSG ?

Bien malin celui qui sait... Pour moi, en tant que parisien de coeur, j'aimerais bien que Paris et Naples passent, ce qui est une éventualité. Ça va être chaud ! Moi, Paris m'inquiète sur l'état d'esprit...

 

C'était un peu hallucinant la déclaration d'après-match de (Thomas) Meunier à RMC Sport, qui dit que "quelques joueurs de Naples pourraient très bien jouer à Paris"...

C'est un manque d'humilité, tu ne peux pas dire ça. C'est évident ! À ce moment-là tu peux dire la même chose dans l'autre sens. Le retour Naples - Paris ? Les plus efficaces gagneront. Paris, mercredi, ils ont été très mauvais mais n'ont pas perdu ; à Liverpool ils ont été archi-nuls et ils ont failli faire nul (3-2). Alors tu te dis que si le curseur est un tout petit plus haut mentalement ça passe. Intrinsèquement ils sont quand même au-dessus, il ne faut pas se le cacher. Mais bon pour la qualification, un petit "Paris et Naples", ou "Naples et Paris", dans le sens qu'on veut, ce serait cool.