"Pour moi, c'était une saison d'adaptation"

recueilli par Franck Pujos

photo DR

Alors qu'il avait failli signer au Club Bruges l'été précédent, avant que les Belges, hésitants, ne changent d'avis car suffisamment fournis à son poste, Luis Sinisterra (19 ans) s'est engagé en juillet avec le Feyenoord Rotterdam (2 M€) de Robin van Persie (toujours là) et Roy Makaay (coach des attaquants), qui vient de s'assurer la 3e place du championnat des Pays-Bas. C'était lors d'un net succès sur la pelouse du NAC Breda (0-4), qui a vu Sinisterra la fouler. Être sur le terrain, cela ne lui est pas arrivé souvent ces derniers mois, lui qui est resté pas moins de 24 fois sur le banc en Eredivisie. Cinq entrées en jeu, deux apparitions en Coupe dont une titularisation, Sinisterra a faim. Une grosse dalle, alors que sa Colombie fera son entrée dans la Coupe du monde U20 polonaise le 23 mai prochain, face au pays hôte. L'ex d'Once Caldas est attendu par la patrie. Ça tombe bien : il est au courant.

De dos ça se voit aussi : le jeu de Luis Sinisterra est fait de dribbles, de provocations, d'élimination de l'adversaire
De dos ça se voit aussi : le jeu de Luis Sinisterra est fait de dribbles, de provocations, d'élimination de l'adversaire

On t'a vu à la fois actif et imprécis, lors de ton quart d'heure de jeu à Bréda mercredi...

J'ai essayé de mettre à profit le peu de temps de jeu que j'ai eu. Des fois quand tu rentres comme ça et que tu veux démontrer des choses, tu fais des erreurs. J'ai eu une occasion aussi, elle n'est pas rentrée. Mais tout ça me servira pour la suite et mon état d'esprit sera toujours le même quand je rentre : entrer de la meilleure façon possible. Et le coach (Giovanni van Bronckhorst) m'a dit que j'avais fait de bonnes actions. L'issue du match était déjà connue (il y avait 0-4 quand il est entré, NDLR), il y avait des espaces.

 

Ta saison en club est désormais terminée, quel bilan individuel en tires-tu ?

Pour moi c'était une saison d'adaptation. C'est vrai que je n'ai pas eu beaucoup de temps de jeu, mais maintenant j'ai l'opportunité de disputer un Mondial et je sais que là, j'en aurai.

 

Mais avec le Feyenoord tu espérais jouer plus ou comme effectivement c'était une "saison d'adaptation" tu considères que c'était normal ?

On veut toujours plus, mais on doit aussi être compréhensif, suivre la bonne voie. Je sais que la saison prochaine je veux être au top, aller chercher des minutes, aller chercher les titularisations. Il y aura un nouvel entraîneur (Jaap Stam) et je vais tout donner.

 

À quoi tu t'attends avec Jaap Stam ?

Je me suis un peu renseigné sur son style, son projet, et je commence à m'en faire une idée. Sa position naturelle, c'est défenseur, mais il aime bien que son équipe ait le ballon, je m'en suis aperçu avec le PEC Zwolle (le club actuel de Stam, NDLR). Ce sera à moi de travailler pour le convaincre qu'il peut compter sur moi.

 

Tu veux uniquement t'imposer au Feyenoord ou tu envisages la possibilité d'être prêté ?

Je veux m'imposer ici, après ça dépendra du choix du coach. Il faudra voir ce qui est le mieux pour moi. Et je crois que ce qui est le mieux pour moi c'est de gagner du temps de jeu, pour accumuler de l'expérience dans le foot européen.

 

En janvier, comment le club avait-il justifié auprès de toi le fait de ne pas te libérer pour le Sudamericano-sub 20 et de ne pas te prêter à un autre club de Eredivisie, alors qu'il y avait de la demande ?

Ils ont toujours eu l'intention de me garder avec eux. Le coach m'a dit qu'on ne pouvait pas deviner ce qui pouvait se passer, avec n'importe quel joueur à n'importe quel moment, que du jour au lendemain il pouvait avoir besoin de moi, et qu'il voulait que je sois là. Tout ce qu'ils m'enseignent, lui et son staff, je compte le traduire sur le terrain la saison prochaine, avec l'aide de Dieu.

 

Pour finir sur les Pays-Bas, tu étais sur le banc lors du fameux 6-2 infligé à l'Ajax il y a trois mois ; comment avais-tu vécu ce moment ?

On perd, on revient de manière incroyable, il y a les buts qui pleuvent, le public qui fait du bruit... C'était génial, très spécial. L'Ajax ? Leur campagne en Champions League est en train d'ouvrir des portes, pour que les gens voient le championnat néerlandais comme un championnat d'importance.

 

On évoquait ton temps de jeu en club, comment te sens-tu physiquement avant de rejoindre ta sélection (lundi prochain, en stage en Autriche) ? Tu ne crains pas le manque de compétition ?

Je me sens bien. Les entraînements ici sont très exigeants du point de vue physique. Oui, je manque de rythme, j'en ai conscience, mais nos matches amicaux en Autriche (les 8, 14 et 17 mai, respectivement contre l'Arabie Saoudite, le Mexique et le Japon, NDLR) vont m'aider. J'en ai parlé avec le "profesor" (Arturo Reyes), l'idée est d'être à 100% pour la Coupe du monde.

 

On parle beaucoup d'un tandem "Cucho" Hernandez - Sinisterra mais tu es plus un ailier, as-tu justement parlé avec Arturo Reyes de ton positionnement ?

Un petit peu, oui. Je suis disponible à peu près n'importe où... En neuf et demi derrière le "Cucho", ou sur l'une ou l'autre des deux ailes. Je joue plus souvent à droite mais à gauche aussi j'ai beaucoup, beaucoup d'activité. Ailier gauche, c'est mon poste d'origine, c'est là que va ma préférence, même si en pro j'ai quasiment toujours évolué à droite.

 

Comment as-tu suivi à distance le Sudamericano sub-20, par exemple le but qualificatif pour le tour final de Carlos Cuesta à la 90e+6 face au Chili (0-1) ? 

J'ai pu voir la majorité des matches. J'étais à fond derrière mes partenaires et ce jour-là, alors qu'on se battait et qu'on en avait tant besoin, ce but est arrivé à l'instant T (rires). Après énormément d'angoisses... Il nous reste à améliorer beaucoup de choses mais on a du temps, et le groupe a bien travaillé ce mois-ci en Colombie.

 

Ton domaine, c'est la vitesse, le un contre un, mais au Sudamericano il a surtout manqué des buts à la Colombie (quatre buts en neuf matches !) ; ressens-tu cette attente, notamment envers le "Cucho" et toi ?

Ça m'est revenu aux oreilles, et c'est normal je suis attaquant. Prendre les bonnes décisions, avec sang-froid face au but, ça fait partie du travail. Je travaille là-dessus, je veux marquer beaucoup et je pense qu'autant le "Cucho" que moi que chacun de nos coéquipiers, on va faire un excellent Mondial. Je suis très motivé.

  

Et quelles sont tes aspirations, individuellement parlant, quand tu penses à cette Coupe du monde U20 ?

Pourquoi pas être meilleur buteur, ou meilleur passeur, ou meilleur joueur ? Ce sont les rêves de tout un chacun et le seul moyen de réaliser ses rêves, c'est d'agir, d'être dans l'action. 

 

Dernière question : on a vu sur ton compte Instagram que tu avais voyagé à Paris en septembre dernier, ça t'a plu ?

J'y étais avec ma mère, ça s'est très bien passé, on a pu découvrir une bonne partie de la ville. J'espère y retourner un jour.

 

Au PSG ?

(rires) Ce serait bon, ça...