Mateo Rodas : "Avec de bonnes performances, je sais que les offres arriveront"

recueilli par Diego Vargas

photo : D. V.

Si Patriotas est enfoncé dans les profondeurs du classement, sans risque de relégation néanmoins, son défenseur central Mateo Rodas est prometteur. 23 ans, obstacle très difficile à franchir, plus de 80% de passes réussies, Rodas n'avait jamais connu l'élite colombienne avant cette saison. Il raconte à Cafooteros sa vie, son évolution et ses objectifs personnels, tandis que ses partenaires et lui recevront Aguilas Doradas, ce soir (1 h 05, heure française), dans une rencontre de mal classés comptant pour la 15e journée du Tournoi d'ouverture.

Son passage à Orlando a permis à Rodas de connaître un jeu totalement différent de ce qu'il connaissait
Son passage à Orlando a permis à Rodas de connaître un jeu totalement différent de ce qu'il connaissait

Tu as un parcours intéressant et original, avec notamment un passage à Orlando City… 

Oui, j’ai fait toute ma formation à La Equidad, de 9 à 18 ans. Après j’ai fait des stages à la Parma Football School Colombia à Barranquilla, j'ai joué au Barranquilla FC avant de finir ma formation au Deportivo Cali, pendant deux ans. J’ai débuté professionnellement avec Tigres, ensuite j'ai été intégré la deuxième équipe d'Orlando City (USL League One) et aujourd'hui je me retrouve à Boyaca sous les couleurs de Patriotas.  

 

Comment s’est déroulée cette expérience aux États-Unis? 

C'était très bien, je pense que c'était un bon choix d'y aller. Je me suis ouvert au marché, j'ai appris à connaître leur football, son intensité... Le jeu me correspondait, très similaire à ce que je suis, j'ai vraiment aimé ça. Pourquoi ne pas y retourner plus tard ?

 

Pourquoi n'as-tu justement pas continué là-bas ? 

J'ai été signé par la réserve, Orlando City B. Malheureusement, on n'a pas eu de bons résultats, collectivement on n'a pas été performants. J'étais capitaine, j'ai fait de bons matches mais ça n'a pas suffi. Et cette année-là (2020), la franchise a décidé d'en finir avec son équipe B. Ça a fait polémique : la A est en MLS depuis 8 ans, elle ne s'était jamais qualifiée pour les play-offs, là ils font un bon tournoi, une bonne année (demi-finaliste de conférence de la MLS, NDLR), et la direction décide de tout arrêter avec la B. Ceux de la première restent, les autres partent...

 

Qu'est-ce qui t'amène chez Patriotas ? 

Je travaille avec mon représentant (Sebastian Olivieri) depuis janvier 2020. C'est lui qui m'a fait rejoindre les États-Unis. Quand le contrat est arrivé à son terme, il m’a dit qu'une des options était de venir à Patriotas. On a regardé avec mes proches ce qui était le mieux pour moi. Et j’ai choisi Patriotas pour gagner des minutes et pouvoir jouer en première division colombienne. 

 

Comment ça se passe là-bas, quelles sont tes sensations ? 

Bien, ça se passe bien. Nous avons une idée claire du jeu que veut mettre en place "el profe" (Abel) Segovia. Sur certains matches il nous manque un petit but, et d'un coup on fait une erreur qui nous coûte le match... Mais on a une bonne équipe. 

 

Que vous demande Segovia ? 

Il nous demande une sortie de camp nette, au ras du sol, avec les risques que cela comporte. Il nous donne la liberté d'oser, de sortir avec le ballon sous contrôle. Personnellement j'ai commencé à La Equidad en tant que milieu de terrain, et j'ai joué plusieurs matches depuis au milieu, ce qui me donne une bonne vision périphérique du jeu. 

 

Et si tu devais te décrire, comment le ferais-tu ? 

Je suis un défenseur central avec un bon pied. J'ai eu de bonnes bases quand j'étais petit, je suis stoppeur droit de formation mais 90 % de ma carrière s'est déroulée comme stoppeur gauche. J'ai un bon jeu aérien et une bonne interprétation du jeu, ce qui me fait anticiper beaucoup de trajectoires de balles, couper beaucoup de passes. 

  

La Dimayor t'a élu dans l'équipe type de la 7e journée...

Nous allions jouer contre Tolima et quelques minutes avant de lâcher le portable, quand nous sommes arrivés au stade, j'ai vu ça. C'est satisfaisant, c'est quelque chose qui te rend heureux. C'est comme ça que je vois les choses, comme dans la vie : c'est bien mais c'est tout. C'est juste une reconnaissance, ça ne donne droit à rien d'autre.

 

Quels sont tes objectifs pour cette année, Patriotas peut-il être un tremplin pour toi ?

Patriotas me donne l'opportunité de me montrer et ce que je veux, c'est me consolider. Plutôt que de jouer tous les matches, je veux jouer tous les matches mais bien. Avec de bonnes performances, je sais que les offres arriveront, de la part de meilleures équipes, en termes de nom et de salaire. Voilà, c'est ça mon vrai objectif.

 

À moyen terme, te vois-tu en Colombie ou à l'étranger ? 

Je veux faire les choses correctement ici avant de m'ouvrir au marché international.